S

Accés au lexique

Pour quitter le lexique,
cliquer sur de la fenêtre.

Sable
( latin, sablum )

  • sédiment détritique meuble résultant de l’altération et de l’érosion des roches continentales dont les grains sont en majorité compris entre 1/16 mm et 2 mm.
  • Sédiment biodétritique meuble composé d’éléments détritiques ( fragments de roches ) et de particules calcaires provenant de restes essentiellement d’invertébrés marins.

Schiste
( grec , skhistos, qu’on peut fendre ) 

Roche ayant acquis une schistosité sous l’effet de contraintes tectoniques. Un débit en feuillets les caractérise.


Schistosité 

Feuilletage plus ou moins serré présenté par certaines roches, acquis sous l’influence de contraintes tectoniques, distinct de la stratification. Le plan de débit ou plan de schistosité est orthogonal aux contraintes compressives. Quand il y a réorientation de certains minéraux parallèlement aux plans de schistosité en tout point de la roche , on parle de schistosité de flux. Lorsque la schistosité affecte de vastes ensembles rocheux, il a fallu que les roches aient été maintenues à une pression suffisante et donc qu’elles aient été enfouies et tectonisées à une certaine profondeur. Ce phénomène correspond à un métamorphime régional dit général.


Sédiments
( latin, sedimentum, dépôt de sedere, être assis, séjourner ) 

Accumulation par dépôts de particules de taille variable ayant subi un transport ou provenant de la précipitation d’ions en solution (exemple, précipitation du CaCO3 ).

On parle de sédiment lorsque le dépôt est récent surtout s’il se trouve dans son milieu de formation et s’il est gorgé d’eau.

On distingue des sédiments détritiques , chimiques et biochimiques .


Sédimentation 

Ensemble de processus, conduisant à la formation de sédiments. On distingue la sédimentation marine (littorale ou océanique ), lagunaire et continentale ( éolienne, fluviatile, deltaïque, lacustre, glaciaire…). Une surface assez grande où la sédimentation dure un temps assez long définit un bassin sédimentaire.


Silicate d’alumine

( Déshydraté ) Al2SiO5 : silicate où les tétraèdes comportant un atome de silicium en leur centre relié à 4 atomes d’oxygène sont unis entre eux par des atomes d’aluminium. Suivant les conditions de pression et de température le silicate d’aluminium cristallise différemment : il se forme de l’andalousite, du disthène ou de la sillimanite.


Sillimanite 

Silicate d’alumine ( Al2SiO5 )déshydraté abondant dans les roches du métamorphisme. Elle se forme dans des conditions de cristallisation où la température dépasse 600°C pour des pressions comprises entre 200 et 800 Pa ; c’est un minéral géothermomètre.


Sol
( latin solum ) 

Partie superficielle de l’écorce terrestre continentale. Il est organisé verticalement en horizons plus ou moins parallèles à la surface. Il constitue une interface entre la lithosphère ( roche mère ), l’atmosphère, l’hydrosphère et la biosphère. Le sol se forme par l’altération sur place de la roche sous-jacente sous l’action de facteurs climatiques et par l’action des êtres vivants. Un sol est un véritable écosystème où les restes végétaux et animaux constituant la litière sont progressivement transformés en humus et minéralisés sous l’action conjuguée des êtres vivants du sol. Ils sont érodés à la suite de la destruction du couvert végétal.


Sous-sol 

Lithosphère située sous le sol. La nature des roches qui la constitue influe sur la composition du sol. Le sous-sol affleure au niveau de falaises, terrassements, carrières et dans les montagnes.


Strate ou couche
( latin, stratum , couverture ) 

Ensemble sédimentaire délimité par 2 surfaces plus ou moins parallèles qui correspondent à des discontinuités ou des changements de composition de la roche.


Stratification 

Disposition des couches en strates parallèles. Une stratification est d’autant mieux visible que les contrastes lithologiques entre les couches sont importants.


Stratigraphie
( du latin stratum, couverture et du grec graphein, écrire ) 

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires transformés en roches formant les couches géologiques ou strates. Elle permet d’établir une chronologie relative en mettant en pratique 2 principes qu’il faut cependant manipuler avec précautions car ils présentent des exceptions :

  • le "  principe " de continuité , une même couche a le même âge sur toute son étendue
  • le  "  principe " de superposition, de deux couches superposées, non renversées par la tectonique, la plus basse est la plus ancienne.

De plus, le contenu en fossiles des couches permet d’établir des corrélations stratigraphiques à distance.


Superposition 

Dans une série sédimentaire, toute strate superposée à une autre est plus récente sous réserve que la disposition d’origine soit conservée ( des déformations tectoniques peuvent provoquer des renversements ). Ceci s’applique aussi aux coulées volcaniques.


S

Accés au lexique

Pour quitter le lexique,
cliquer sur de la fenêtre.