Réalisation  Clément LIEVRE 

 

Le glissement de l'actine sur la myosine
1 Commençons ce cycle au moment où la tête de myosine (en rouge sur l'animation) est en position de basse énergie, repliée sur elle-même et liée à une molécule d'actine (en bleu sur l'animation).
2 Une molécule d'ATP vient se fixer sur une tête de myosine qui se détache alors de la molécule d'actine.
3 L'énergie de l'ATP est transféré sur la tête de myosine qui se déplie en position de haute énergie.
L'ATP ayant libéré son énergie se retrouve sous forme d'ADP+P qui reste lié à la tête de myosine.
4 Les têtes de myosine ainsi activées sont fortement attirées par des sites de liaison situés sur les molécules d'actine. Elles s'accrochent donc au site le plus proche.
5 Pendant cette phase d'accrochage, la tête de myosine se replie sur elle-même entraînant, dans son mouvement, la molécule d'actine. Ce déplacement consomme l'énergie emmagasiné dans la tête qui repasse à un niveau de basse énergie.
Pendant ce déplacement les molécules d'ADP et le phosphate sont libérés et laissent la place libre pour de nouvelles molécules d'ATP.

Animation C. LIEVRE

Tant qu'il y a de l'ATP dans le milieu, les têtes de myosine peuvent pivoter et faire avancer le filament de myosine entre les molécules d'actine. Ce cycle peut se reproduire plusieurs fois par seconde.
Un filament épais de myosine peut être en contact avec six filaments fins d'actine. Les mouvements des têtes ne
se font pas tous en même temps ainsi, pendant toute la durée de la contraction, les filaments d'actine sont toujours reliés à un filament de myosine par quelques têtes ce qui leur empêche tout glissement en arrière.